« Les camps de concentration en France »

« Les camps de concentration en France »

Conférence 2.

Par M. Pierre Castillou.

Organisée par Annie Laporte-Fauret et Catherine Cabocel.

Entre 25 et 28 février, lieu à définir, à 15h30.

Les camps de concentration apparaissent en France lors de la Première Guerre mondiale. Les autorités utilisent des vocables plus modérés pour les évoquer, tels ceux de camp d’internement, centre de refuge, centre d’hébergement ou de transit, dépôt d’internés, colonies…

La quasi-totalité de ces camps ferme après la première guerre mondiale. Cependant, avec la montée des nationalismes et la menace hitlérienne, un nouveau camp est ouvert en 1938 à Rieucros en Lozère. Destiné aux indésirables fuyants le 3eme Reich, il accueillera avec beaucoup d’autres les républicains espagnols qui affluent lors de la « retirada » en février 1939.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, la France utilisera ces mêmes camps et en construira d’autres (il y en aura 200) qui interneront les juifs et toute la population civile ennemie que les autorités jugeront indésirables…

Ensuite, ces centres d’internement auront de nouvelles utilisations, sous de nouveaux qualificatifs. Diverses populations y séjourneront : des suspects du FLN aux Harkis, des Indochinois, des Hongrois…

Aujourd’hui, les centres de rétention pour les migrants s’adaptent et continuent d’interner et isoler , perpétuant en cela la vocation première du camp de concentration.

C’est ce que développera Pierre Castillou durant sa conférence « Un siècle de camps de concentration en France, de 1914 à nos jours » en s’appuyant sur un diaporama richement illustré.

 

Des images ici.

 

Bulletin réponse d'inscription

Votre Nom (obligatoire)

Votre (Vos) Prénom(s) (obligatoire)

Nombre de participants (obligatoire)

Votre Email (obligatoire)

Votre téléphone fixe (obligatoire)

Votre téléphone mobile (obligatoire)

Assistera (ront) à la conférence

Annule(nt) sa (leur) participation à la conférence

Commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.