« L’émigration vers les Pays de la Plata au XIXe siècle »

« L’émigration vers les Pays de la Plata au XIXe siècle »

Conférence 3

par M. Pierre CASTILLOU.

organisée par Annie Laporte-Fauret et Anne-Marie Méliet.

Mardi 6 mars, à 16h00 à la mairie d’Arzacq. 

Pierre Castillou a évoqué devant plus de 100 personnes cette émigration européenne massive au XIX ième siècle.

La majorité des émigrants ont « voté » pour l’Amérique du Nord, États-Unis # 34 millions et Canada # 9 millions, mais aussi 11 millions pour l’Amérique du Sud, Argentine et Brésil, ces dernières destinations concernant plus particulièrement nos ancêtres basques et béarnais.

Les motivations apparaissent diverses, espoir de trouver une vie meilleure pour les cadets de famille, pour échapper au service militaire (7 ans) après tirage au sort…

Le clergé d’abord opposé au principe de l’émigration, a ensuite accompagné ce mouvement difficile à endiguer.

Les pays accueillants sont immenses et très peu peuplés, l’Argentine, près de 6 fois la France et seulement 1 million d’habitants. Tous recherchent une émigration éduquée, avec une vision positive de l’émigration, « gouverner c’est peupler ».

La création d’agences d’émigration entraine beaucoup d’excès.

Il s’agit de trouver des volontaires pour travailler la terre, et non pas constituer un prolétariat dans les villes.

Ainsi la grande masse des premiers installés en Argentine a poursuivi son activité originelle, élevage, industrie laitière, vigne, salaison. Certains s’intégrèrent rapidement, de sorte, qu’en peu de temps, ils purent acquérir assez de terres et d’animaux pour obtenir une sécurité financière.

Mais le succès de cette émigration entraine aussi des tensions entre émigrés et résidents : formation de quartiers identitaires et intégration difficile.

Ces hommes sont arrivés dans ces contrées avec leurs goûts, leurs façons de vivre, leurs savoir-faire. Ici, ils ont pu concrétiser leurs convictions, trouver la liberté, et aussi créer une forte influence culturelle française qui a toujours un rôle prépondérant en Argentine.

Le pot de l’amitié a clôturé cette intéressante conférence.

Des photos de mauvaise qualité des images d’archives projetées ont été prises pendant la conférence. Annie Corrège en a cependant fait un album pour illustrer ce compte rendu.

Des images ici.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.