« Le département des Hautes Pyrénées dans la Grande Guerre »

« Le département des Hautes Pyrénées dans la Grande Guerre »

Conférence 5.

par M. José Cubéro.

Organisée par Marie-Magdeleine Cassou et Olivier de Champchesnel.

Mercredi 4 avril à Tarbes, au Lycée Marie Curie, à 15h30.

Mercredi 4 Avril, José Cubero nous a, une nouvelle fois, passionnés en nous contant le vécu de la Grande Guerre dans les Hautes Pyrénées.

L’attentat de Sarajevo est bien loin de la Bigorre passionnée par l’affaire Caillau, quand la triple alliance avec l’Angleterre et la Russie précipite la France dans la guerre.

Le 2 Août, 4000 jeunes hommes de moins de 35 ans sont mobilisés pour un conflit imaginé court…mais que le désastre de la bataille de la Marne révèlera durable.

Les archives permettent de connaître l’impact local du conflit sur l’ensemble de la population : d’abord sur le plan industriel car l’énergie hydraulique, abondante ici,  a permis à l’industrie de guerre de se développer.

L’Arsenal de Tarbes employait 2400 personnes en 1914 mais 14777 en Mai 1917 (dont1091 militaires coloniaux et 5331 femmes pour fabriquer les obus de 75 et les cartouches).

A Bagnères, on construit des wagons pour le transport sur le front ; à Gèdre on tisse pour les uniformes ; l’aviation partira à Toulouse pour construire 800 avions de guerre.

A la campagne, on réquisitionne le blé pour le pain des soldats, le foin pour les chevaux. On accueille et soigne les blessés, on nourrit les réfugiés et les orphelins, on enterre beaucoup de morts…

On manque de bras : les femmes, les enfants les plus âgés, les frontaliers et même les allemands libérés du camp de Garaison sont à l’œuvre…

Mais il faut aussi financer le conflit et l’Etat lance des emprunts, l’inflation s’installe et le franc perd 25% de sa valeur…

Le peuple est las mais fête, le 11 Novembre, la victoire dans l’euphorie. On défile, on érige des monuments aux morts, le Maréchal Foch est acclamé à Tarbes…

Mais le bilan est lourd. On déplore 6300 morts (25% des mobilisés), beaucoup de blessés…

On hait la guerre, on devient pacifiste au moment où Hitler apparaît dans l’Histoire…

Des images ici.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.