« La route du fer »

« La route du fer »

Visite conférence 6 – Samedi 23 Septembre

par Mrs Lucien Crouzet et Dominique Fournier

A Ferrières

Organisée par Annie Corrège et Jean-Claude Couture

Sous la conduite de Mrs Brioulet et Gentillet, membres de l’association « Camp de base », par un bel après-midi d’automne, 50  Abbanais ont parcouru le chemin des Mines de Baburet  situées sur la rive gauche de l’Ouzom près du village de Ferrières.

A partir de 1512 des documents d’archives font état de l’existence de la mine dite « Galerie Royale ».

Le minerai de fer extrait à Baburet est d’une excellente qualité. Le «grillage du minerai», réalisé sur place, est acheminé  à dos de mulets vers les forges d’Arthez d’Asson qui s’arrêteront de fonctionner en 1862.

En 1923 des niveaux intermédiaires sont ouverts.

De 1928 à 1930 une voie ferrée de 22,5 km est construite entre Ferrières et la gare de Coarraze-Nay permettant l’acheminement du minerai.

De 1924 à 1962 la société compte 180 salariés. De novembre 1942 à juin 1944 la mine emploie une douzaine de mineurs allemands, 60 Français dont huit Algériens et 30 Espagnols internés au camp de Gurs ainsi que des Polonais.

Les mines sont définitivement arrêtées en 1962.

Au sommet de notre ascension, à 740 m d’altitude devant l’entrée de la Galerie Royale, nous admirons la vallée et le village de Ferrières.

 

La Conférence par DOMINIQUE FOURNIER

La mine de BABURET est située sur deux communes : LOUVIE – SOUBIRON dans le 64 et FERRIERES dans le 65. Le minerai est d’excellente qualité il est très riche en fer >50%, en manganèse 1,3% et faible en soufre. Il fallait 2 tonnes de minerai par jour pour alimenter la forge.

La production moyenne est de 20 000 tonnes par an avec un record en 1938 : 39000 tonnes, Le minerai est chargé à FERRIERES, une estacade de déchargement permet à la gare de COARRAZE-NAY, de vider les wagons trémies directement dans des wagons minéraliers circulant sur le réseau de fer normal.

Le minerai de BABURET a été en grande partie utilisé aux forges du BOUCAU ouverts en 1881 mais également en LORRAINE, dans le Pas de CALAIS et, en petite quantité à l’usine LAPRADE d’ARUDY.

Après la fermeture de la mine en 1962, le matériel est ferraillé, La plate-forme est reprise par les PONTS et CHAUSSEES pour doubler la route de FERRIERES.

Les membres de l’association regrettent que l’on n’ait pu garder des vestiges de l’exploitation.

En image !

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.