« Le duel Jaurès-Barthou »

« Le duel Jaurès-Barthou »

Conférence 9

par Pierre-Louis Giannerini

le 13 décembre 2016,  à 15H30,

complexe de la République, Salle 708 à PAU

Organisateurs : Annie Laporte-Fauret et Pierre Cerezal-Callizo 

 

Conférence historique par excellence, thème original, traité de main de maître par P. L. Giannerini, le duel Jaurès – Barthou a réuni 68 personnes au Complexe de la République.

Jean Jaurès, né à Castres dans une famille bourgeoise, fait de brillantes études de philo, devient journaliste à La Dépêche du Midi puis professeur à Toulouse. Il sera à 26 ans le plus jeune député de France.

Louis Barthou, né à Oloron dans une famille modeste de quincailler fait ses études à Pau au lycée (qui porte maintenant son nom) puis à Bordeaux. Député d’Oloron à 27 ans, il participe à des commissions syndicales et votera des lois sociales. Il deviendra à 32 ans le plus jeune ministre de la 3° République.

Le duel entre Jaurès et Barthou va débuter à la Tribune de l’Assemblée Nationale en 1893.

Leur affrontement oratoire ira jusqu’à un vrai duel un jour de Noël 1894. Par leur maladresse,les 2 balles échangées n’atteignirent pas leur cible. Ils se quittèrent fâchés mais l’honneur était sauf !

A l’époque, Jaurès était déjà socialiste, Barthou était centriste.

En 1894, ces 2 hommes politiques hors norme vont se rapprocher lors de l’affaire Dreyfus et sur d’autres projets : ensemble ils voteront la révision du procès Dreyfus puis la loi de 1901 sur les Associations, la séparation de l’église et de l’état, l’abolition de la peine de mort en 1908 (qui ne passera qu’en 1981 !), la nationalisation des chemins de fer de l’Ouest, et en 1910 les premières retraites.

Cependant la guerre qui se profilait à l’horizon allait réactiver le duel : Barthou propose de porter le service militaire à 3 ans pour mieux résister aux allemands tandis que Jaurès pense sauver la paix en mobilisant les partis socialistes français et allemand. A la Chambre des Députés la joute fait rage : Barthou l’emporte par 358 voix contre 204.

Par ses prises de position, Jaurès avait fait naître beaucoup de haine sur sa personne : le 31 juillet 1914 il est assassiné par un nationaliste déséquilibré. Barthou subira le même sort : assassiné à Marseille en 1934 par un nationaliste croate.

Leurs fils respectifs seront tués à la guerre : Max Barthou en 1914 à 18 ans, Louis Jaurès en 1918 à 20 ans.

Des images ici.

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.